Catalogue de parents pour les enfants qui veulent en changer de Claude Ponti

Catégorie Littérature Jeunesse -Album-

Parution le 14 novembre 2008

À partir de 5 ans

couv_catalogue_parents1Préparez-vous à foncer page quarante-cinq pour remplir le bon de commande de ce catalogue d’échanges (et non pas de vente) par correspondance :

« Tes parents sont lourds, fatigants, avares, collants, velus, piquants, casse-pieds, glissants ?

CHANGE ! »

Et c’est qu’il y a du choix !

La Maison Ponti propose trente-cinq sortes de parents disponibles (et livrables avec accessoires !) dans ces pages grand format (39 x 27 cm) toutes en couleurs. Et vous serez livrés en moins de

« quarante tuiteures ».

Cette « collection automne/hiver/printemps/été » est magique : ils sont tous là, les parents « têtenlères », « les toucartons », « les ravis » et même « les très méchants » avec leur « caractère rifiant » et leur sourire « grincimordant ».

Chacun d’eux, en plus d’un texte descriptif (à la sauce Ponti), s’accompagne d’un lot d’accessoires aussi utiles et indispensables que, par exemple, « une paire de lunettes-télescope avec radar de poursuite » pour les « parents minuscules » ou un « allongeur de courte-échelle » pour parents « très géants », ainsi que d’une prescription nette des enfants auxquels ce « produit » s’adresse : « les triiiistes » sont idéaux pour un « enfant aquatique » et « les discrets » conviendront parfaitement à un « enfant sensible au bruit ».

parents_ponti_deux1Que les parents des lecteurs du Catalogue de parents pour les enfants qui veulent en changer se rassurent : ceux qui seront échangés contre un ou plusieurs des trente-cinq articles de ce catalogue seront choyés et aussitôt emmenés dans une « Somptuluxueuse Résidence » spécialement aménagée pour eux. Et leur progéniture les retrouvera, dès qu’elle le désirera, « intacts et reposés » toujours en moins de « quarante tuiteures » (ce qui est quand même très rapide). Alors que demander de plus ?

De la fantaisie et de l’inventivité sont au programme, tant dans le texte que dans les illustrations. Les habitués de l’univers de Claude Ponti reconnaîtront, dans quelques clins d’œil visuels et complices, des planches extraites du Tournemire ou du Chien invisible.

azilize-et-mose7

Pour les autres, ceux qui ne savent pas, ceux qui ne connaissent rien de la magie de Ponti, laissez-vous faire. Un album de ce maître de la Littérature Jeunesse est toujours une joie, et c’est au fil des lectures et des relectures que le plaisir s’installe. Il est bon de se perdre dans la richesse foisonnante des illustrations, d’y découvrir un détail passé inaperçu, de rebondir sur la drôlerie et la justesse d’un mot réinventé. Avez-vous les oreilles peurilleuses ? Pleurniflageolez-vous de temps à autre ? Oh, comme c’est triste…

Ponti est grand faiseur de rêves qui joue avec les émotions et l’imaginaire en passant par des cases inconscientes que nous n’osions pas explorer. Il y a des parents « enveloppants » qui conviennent « à un enfant à grande capacité respiratoire et qui adore être compressouillé d’amour ». Leurs tentacules sont très jolies mais un peu gluantes (avis aux parents trop protecteurs). Les parents « compliqués » eux, sont « agréables car ils ne s’occupent que d’eux-mêmes, et désagréables car ils ne s’occupent que d’eux-mêmes », sans compter qu’ils ont toujours raison (avis aux parents butés et égocentriques).

La dernière cuvée « Pontiesque » est un grand cru !

Cet auteur prolifique – il a publié une soixantaine d’albums depuis 1986 – se renouvelle sans cesse. Humour, originalité, poésie et imagination s’entrechoquent avec génie dans ses créations.

parents_ponti_un1Une conclusion s’impose : Claude Ponti est bien plus qu’un « artiste du genre ».

C’est un artiste, tout simplement.

Catalogue de parents pour les enfants qui veulent en changer de Claude Ponti

Aux éditions de l’École des Loisirs



6 responses to “Catalogue de parents pour les enfants qui veulent en changer de Claude Ponti

  • Françoise

    Pure merveille, en effet, et ce format « géant » convient bien à Ponti dont les dessins fourmillent de détails malicieux. (Cf., à ce sujet, le délicieux « Pétronille et ses 120 petits » qu’on ne se lasse jamais de relire.)
    Le texte est drôle, malin. Mais il me semble que 5 ans, c’est un peu juste pour en apprécier toutes les subtilités et surtout avoir le recul nécessaire pour saisir tout ce qui se dit, entre les mots, de la parentalité, de ses pièges et de ses charmes. L’entrée dans l’adolescence serait plus indiquée. Ou bien l’âge de devenir parent… Peut-être qu’on ne devrait pas l’offrir avant 60 ans bien sonnés ! Mais personnellement, je n’ai pas pu attendre pour le dévorer…

  • pagesapages

    De mon côté, je suis une adepte du Tournemire et des Mille secrets de poussins, et de Ma Vallée, et de Parçi et Parla, et de L’Ile des Zertes, et de… tout en fait ! C’est vrai que 5 ans, c’est un peu juste. On va dire que c’est comme tremper le bout du gros orteil dans un liquide délicieux ?🙂 Et, le temps passant, on devient capable de tremper une jambe, puis l’autre, puis de patauger tout entier à l’intérieur.
    De toutes façons, il y a tellement de « retours » inconscients dans les livres de Ponti, que même à 60 ans, je ne suis pas sûre qu’on puisse tous les mesurer. C’est tellement riche : rien qu’avec les quatrièmes de couverture et les jeux de mise en scène des codes-barres, on pourrait faire un livre !

  • Lyjazz

    Ah, Ponti, j’adore ! Tout !
    Et je n’ai eu qu’une hâte, c’est d’avoir des enfants pour leur faire partager mon plaisir et mes lectures !
    Chose faite, mon ainé a justement 5 ans et aime les livres.
    Et (hasard ou transmission enthousiaste ?) il est aussi fan de Ponti que moi.
    Nous avons tout lu.
    Sauf celui-ci : pas encore trouvé à la médiathèque, mais peut-être que je l’achèterais avant, ou qu’on ira le lire dans une librairie.
    Mais ça fait déjà plus de 2 ans qu’on connait Ma vallée, L’île des Zertes, Pétronille et ses 120 petits, L’arbre sans fin, et même les Zéfirottes (nous ne sommes pas parisiens). Tout, on a tout lu et relu, et emprunté, rendu, acheté…
    Pour plus jeune on peut commencer par les albums d’Adèle, sans texte, à raconter…

  • pagesapages

    C’est très vrai ! Et le joli Dans la voiture, Dans le jardin, et cette famille oiseaux aux nombreux oisillons ! Il y a aussi Dans le loup et Dans le gant pour les très jeunes. Il en a de la chance, ce petit bonhomme : être un fan de Ponti ? Il aurait pu plus mal tomber !🙂

  • chantal serriere

    Rien d’étonnant à ce que les enfants de Ponti soient déjà en train de manifester avec les bibliothécaires! Heureusement qu’il nous reste le mardi pour le lire!

    Lire Ponti est pratiquement une prescription médicale !🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s