Jeanne de la Zone de Frédérique Jacquet et Étienne Davodeau

Catégorie Littérature jeunesse -Album-

Parution le 16 octobre 2008

Pour ados et pré-ados

couv-jeanne-de-la-zone1Premier album dans la collection L’Histoire sensible des éditions de l’Atelier, Jeanne de la Zone montre une vraie volonté d’allier concrètement pédagogie, connaissances et humanisme.

Cette présentation peut paraître rébarbative et peu ludique. C’est oublier le charme de Jeanne qui, à cent ans de là, nous fait signe, et de façon plutôt émouvante.

L’intitulé de la collection est pertinent : partager le quotidien de Jeanne, de sa naissance à l’obtention de son certificat d’études dans un premier temps, c’est voir s’ouvrir un pan d’Histoire.

Tout un petit monde, aujourd’hui disparu, ressurgit : les chiffonniers, les bicoques, les tartines de saindoux, les porteuses de pain, les lampes à pétrole, la scarlatine, et les souvenirs du voisin italien qui raconte l’épidémie de choléra…

On entre dans le quotidien de cette petite fille en 1900. Elle habite cette Zone, un endroit mal famé, aux dires de madame Millat, la sage-femme : « C’est un quartier de vauriens ! Y’a toute une clique là-bas. Des bandes d’apaches ! Des romanichels ! La Zone, personne n’y va ! On en a bien trop peur ! »

C’est pourtant l’entraide qui règne dans cette banlieue ouvrière. Chacun partage les joies et les peines de tous. On fête les naissances, entre voisins, et lorsque Jeanne revient après plusieurs semaines d’un séjour à « l’hôpital des contagieux », on se cotise pour lui offrir un cadeau. Et quel cadeau ! Deux oranges, enveloppées dans du papier doré.

jeanne-rue1Les illustrations d’Étienne Davodeau, de facture classique, s’accordent parfaitement aux photographies d’époque, et favorisent l’immersion dans ce début de siècle.

Le texte de Frédérique Jacquet est clair et sensible. Il devient simple d’imaginer à quel point l’achat d’un dictionnaire ou la vue d’une coiffe de première communiante est un événement rare et merveilleux pour Jeanne. Mais pas de misérabilisme, ici. Seul le constat que la vie est dure, pour Clémence par exemple, qui à l’âge de Jeanne, travaille déjà comme boyaudière, et raconte l’usine :

« L’atelier dallé au toit vitré, glacé en hiver. Les boyaux nettoyés avec un grattoir à dents. La potasse mélangée à l’eau pour les blanchir. Sa jupe et ses jupons toujours mouillés. Ses doigts gonflés et gercés. Et l’odeur écœurante qui continue à coller à la peau même quand on est dehors. » Un garçon la traite de souillon : « Les boyaudières, ça sent mauvais, ça sent la mort ! »

Une deuxième partie fait suite à cette histoire. Le monde de Jeanne est un lexique reprenant le vocabulaire utilisé précédemment (« poterne », « maraîcher », etc.). De courts articles répondent à des questions pratiques (comme par exemple : « Pourquoi un nom d’Indien pour désigner un mauvais garçon ? »). Des extraits de textes de Perec, Baudelaire ou Bachelard, apportent leur éclairage. Des photographies viennent illustrer le tout. C’est un apport riche et attractif.

La conclusion est laissée à la fille et à la petite-fille de Jeanne. Nous sommes en 2007, et mémé Jeanne n’est pas oubliée, ni ce qui a fait sa vie. Retrouver un poème et quelques fleurs séchées entre deux pages, c’est retrouver « de la mémoire d’amour ».

jeanne-portrait1Jeanne de la Zone est un album soigné. Les valeurs transmises sont belles, entre la soif de progrès, le courage et le partage. Des qualités assez remarquables pour qu’au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil lui soit attribué le prix du Coup de cœur du Jury 2008.

On attend donc d’autres ouvrages à paraître dans cette collection si particulière. L’Histoire ne manque pas de petites gens comme l’était Jeanne.

Sans compter que, dans cent ans, nos vies seront peut-être, elles-aussi, feuilletées avec curiosité…

Jeanne de la Zone de Frédérique Jacquet et Étienne Davodeau

Aux éditions de l’Atelier, collection Histoire sensible


Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s