Les Contes de Beedle le Barde de J.K. Rowling

Catégorie Littérature Jeunesse -Contes-

Parution le 4 décembre 2008

À partir de 9 ans

beedle-barde-coffret1Harry Potter ! Entre les livres, les films, les jeux vidéo, les produits dérivés et l’immense succès commercial international, vous vous êtes peut-être fait une idée du jeune homme et de sa destinée. Encore que, beaucoup de ceux qui en parlent rendent surtout compte de l’incroyable réussite financière de son auteure J.K. Rowling, et parfois sans l’avoir vraiment lu.

Voilà une occasion de rentrer dans ce monde, et par une belle porte, car les Contes de Beedle le Barde ne s’adressent pas aux seuls habitués de l’école de Poudlard (école de sorcellerie comptant Harry Potter parmi ses élèves).

Il s’agit là de cinq contes traditionnels, de ceux qui se racontent le soir, de génération en génération, dans les chambres des jeunes sorciers, pendant qu’au même moment de petites oreilles de Moldus (personnes dépourvues de pouvoirs magiques) écoutent le Petit Chaperon Rouge ou Jack et le Haricot magique.

Ils sont annotés de la main d’une des plus grandes figures de la sorcellerie (décédé au cours du tome VI, Harry Potter et le Prince de sang-mêlé) le très regretté Albus Dumbledore, « Albus Perceval Wulfric Brian Dumbledore, Ordre de Merlin (première classe), directeur de l’école de sorcellerie de Poudlard, manitou suprême de la Confédération internationale des mages et sorciers et président-sorcier du Magenmagot ».

Les commentaires posthumes, que ce cher disparu apporte aux contes de Beedle, ne permettent pas seulement de faire le lien avec la saga Harry Potter. Ils sont aussi emprunts de sagesse et exposent finement les ressorts de ces trames.

Celle du conte le Sorcier et la marmite sauteuse ou celle de Babbitty Lapina et la souche qui gloussait, par exemple, sont replacées dans une perspective « historique », avec l’évolution des mentalités depuis ces temps anciens, ou encore le rappel des aléas de la cohabitation plus ou moins pacifique entre magiciens et Moldus. Beaucoup de chemin parcouru depuis l’époque de la chasse aux sorcières et des bûchers improvisés sur les places de villages…

Le néophyte trouvera de quoi se satisfaire, et même au-delà. Ces contes sont bien des contes, avec tout ce qui en fait le charme : du merveilleux, une morale en forme de message non-sentencieux, des rebondissements, ainsi que des héros et héroïnes en progrès, confrontés à des problématiques qu’ils dépassent grâce à leur intelligence ou à leurs qualités de cœur. Rien à envier, donc, aux contes de notre enfance.

La présentation de J.K. Rowling est explicite, et nous place d’emblée dans son pays imaginaire. En quoi ces contes destinés pour jeunes sorciers et sorcières sont-ils différents de nos Blanche-Neige et autres Cendrillon ? Dans le rapport à la magie, bien sûr, qui n’est pas tout à fait le même, vu le public concerné… Mais aussi dans le caractère affirmé des protagonistes : ici, pas de princesse passive ou soumise et pas de fin lénifiante du type « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. »

La Fontaine de la Bonne Fortune, par exemple, semble sortir des pages d’un volume de Contes et Légendes oubliées. Des personnages emblématiques se rencontrent, chacun porteur d’une quête personnelle. Les détails mis en place paraissent d’abord éclectiques, mais dans une jolie mécanique, se révèlent forts utiles et porteurs de sens. La fin, toute en légèreté, assure que le but à atteindre est moins important que le chemin pour y parvenir.

Le Sorcier au cœur velu est un autre conte très abouti : celui qui ferme ses émotions, laisse son cœur sous clé pour éviter de succomber aux faiblesses de l’affect, le retrouve « velu », couvert de poils, rendu à l’état animal, et dangereux. Se voulant surhumain, le héros en devient inhumain, et le drame qui en découle est à la fois inéluctable et révélateur. Le message est d’une grande sagesse.

Les Contes de Beedle le Barde sont une belle réussite. Comment diable fait-elle pour « faire du neuf avec du vieux » et proposer ces cinq histoires si bien structurées ? Sans compter qu’en plus d’être profondes et cohérentes, elles s’insèrent avec légitimité dans le monde déjà complexe d’Harry Potter, un atout de poids pour les fans et les initiés.

couv_beedle1Ajoutons à ça un objet-livre très soigné, à la couverture élégante, des illustrations originales de J.K. Rowling et un message final aussi clair qu’honorable : « Les droits d’auteur des Contes de Beedle le Barde seront intégralement reversés à l’association CHLG qui a pour but de venir en aide aux enfants et aux adolescents abandonnés dans des institutions spécialisées ».

Magiques, les Contes de Beedle le Barde ? Et si un sort très puissant leur avait été jeté pour les préserver d’éventuelles imperfections ? …

Les Contes de Beedle le Barde de J.K. Rowling

Aux éditions Gallimard Jeunesse

format pdf imprimable



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s