Nouvelles re-vertes, recueil collectif

Parution en novembre 2008

À partir de 12 ans

couv_nouvelles_revertes3En 2005 paraissaient les Nouvelles vertes et neuf auteurs tiraient la sonnette d’alarme pour une prise de conscience écologique face à l’avenir inquiétant qui menace notre planète bleue.

En voilà treize autres qui renouvellent l’exercice dans ces Nouvelles re-vertes. Le paysage dessiné est panoramique, dans des déclinaisons de verts tous différents.

Entre rires, apitoiements et frayeurs, l’éventail est utile, et ne peut que forcer la réflexion à propos de ce qui nous attend. « On ne vient pas du futur ; on l’invente, on choisit sa vie et sa Terre de demain », dit très justement Denis Cheissoux qui signe ici la préface de ce recueil.

La première nouvelle, Le Calendrier de Jean-Noël Blanc, est a priori déconcertante. Un jeune homme, Jérôme, sombre peu à peu dans une accumulation de gestes écologiques plutôt forts. Cette obsession le modifie si fatalement qu’il en devient infréquentable, et solitaire. Quoi ? Ces nouvelles seraient contre-productives et nous présenteraient l’écologie sous un jour dangereux ? Il n’en est rien. « Il faut de la mesure en toutes choses » disait Horace, et c’est l’extrémisme et ses dérives qui sont dénoncés par l’auteur.

Emmanuelle Urien (l’auteure de Tu devrais voir quelqu’un chez Gallimard) donne, avec Manu Causse, dans un répertoire fantaisiste. Géant vert est le portrait d’un « super-héros » gentiment ridicule, bien décidé à sauver, seul, la planète :

« Brice prend le temps de couper l’écran de son ordinateur – il vient de sauver un ours polaire. Dans le même élan, il baisse le chauffage, éteint chaîne et télé – surtout, ne laisser aucun appareil en veille. Il débranche aussi le micro-ondes et le socle du téléphone, puis vérifie qu’aucun robinet ne goutte. Bilan : un autre ours épargné, et le désert qui recule. C’est une belle journée qui commence. »

Christophe Léon montrait un monde d’un noir intense dans son Noces d’airain. Avec Ella, c’est une autre couleur qu’il offre, celle de l’espérance : comment planter une petite graine, puis une autre, et une autre encore, dans des esprits au départ réfractaires, et comment améliorer progressivement le monde autour de soi… Une belle histoire, propre à nous réconcilier avec le genre humain.

Viviane Moore, auteure de l’excellent Made in Japan, choisit de nous élever très haut dans L’œil des anges. C’est avec recul que nous regardons, depuis l’espace, la rotondité de notre planète. Cette nouvelle courte, mais dense, laisse une empreinte émouvante. Elle ouvre pratiquement une réflexion philosophique sur la fragilité de la condition humaine, et sur l’humilité qui devrait nécessairement en découler.

La Digue de Yann Mens provoque elle aussi une émotion profonde, cette fois à hauteur d’homme. C’est dans le palpable que le drame s’infiltre. L’impact humain est lourd. Le tragique avance presque discrètement et lorsqu’il heurte le destin d’une femme simple et de ses fillettes, on est bouleversé.

Une dernière nouvelle impressionne (il est difficile de les citer toutes), celle de Mikaël Ollivier, La Maison verte. Totalement inattendue, la chute est dans la veine d’un humour à double détente : amusement d’abord, effroi ensuite !

Aurons-nous des « Nouvelles re-re-vertes » dans les années qui viennent ? Puis des « Nouvelles re-re-re-vertes » ? Et pourquoi pas ! Cette diversité de regards vifs, sur l’évolution du monde et des mentalités, est à la fois instructive et plaisante. Un petit vent d’air frais salutaire qui – et là, on peut en être sûr – ne polluera pas les cerveaux !

Nouvelles re-vertes, recueil collectif

Aux éditions Thierry Magnier



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s