Pouyak de Paul-Émile Victor

Parution le 4 décembre 2008

À partir de 5 ans

couv_pouyak1Voici un texte inédit de Paul-Émile Victor, retrouvé au fond d’une malle, quelques années après sa mort.

Le célèbre explorateur en avait entrepris l’écriture et commencé les illustrations alors qu’il séjournait sous les tropiques et se souvenait, sans doute avec nostalgie, des mois passés aux côtés des Eskimos d’Ammassalik.

De ce projet exhumé inachevé, Matthieu Raffard et Stéphane Victor tirent un album, prenant la suite de l’auteur disparu. Un grand respect transparaît dans ce travail. L’hommage est palpable, tant les soins attentifs dispensés sont visibles. C’est donc un album original, autant par les circonstances qui entourent sa conception que par celles qui lui permettent de voir le jour.

Qui est Pouyak ?

Une petite fille, qui n’est pas du tout sérieuse.

À quoi passe-t-elle le plus clair de ses journées ?

À jouer avec ses poupées. Tout le temps. Des poupées eskimos, bien sûr : « la grande, la petite, la grosse, la maigre, la ronde, la longue, la large, la tordue, celle qui avait un chignon et celle qui n’en avait pas ».

La nuit tombe doucement et la hutte n’est plus éclairée que par une faible lampe à huile. Toute la famille est couchée, sauf Pouyak, qui continue de jouer à la poupée. L’apparition d’un gnome va influencer son devenir, et l’amener finalement à prendre de bonnes résolutions.

Le texte de Paul-Émile Victor tend à la fois vers le féérique, le ludique et le pédagogique.

On connaîtra ainsi l’existence des Ikadîts, les «habitants-du-tas-de-détritus-qui-se-trouve-devant-chaque-maison. Ils passent leur temps à jouer avec les mille choses magnifiques qu’ils trouvent parmi les ordures qui forment les murs et le toit de leur petite hutte. Ils ont sommeil tout le temps (et c’est la raison pour laquelle leur visage est tordu, aplati, ridé, écrasé, plissé, crevassé, de travers, c’est-à-dire un peu déformé) ».

Les ronflements des membres de la famille de Pouyak se présentent sous forme de portées musicales, et les bâillements des Ikadîts résonnent en jeux sonores :

« – Ouhââh ! faisait Ikaderssouak.

– Ôôhîîh ! faisait Ikadertsiak.

– Ââhôôh ! faisait Ikaderssouatsiak.

– Ââhêêh ! faisait Ikadertsiagayik. »

Le rythme de vie des Eskimos est décrit avec, par exemple, leurs préparatifs avant l’arrivée de l’hiver :

« Les femmes élevaient les murs, elles entassaient les pierres les unes sur les autres et y intercalaient des mottes d’herbe que les enfants allaient arracher par plaques entières. […] Des peaux de phoque recouvrirent le toit pour empêcher la pluie de tomber à l’intérieur. Les fenêtres furent bouchées avec de la paroi translucide d’intestin séché. »

Les illustrations de Matthieu Raffard et Stéphane Victor évoquent une clarté arctique, à l’aide de fonds blancs, de couleurs pastelles et d’aquarelles au léger crayonnage. Quelques pages, insérées dans le fil de la trame, offrent la reproduction d’originaux : des dessins de Paul-Émile Victor et son écriture serrée sur les feuillets d’un carnet de moleskine.

Deux photographies en noir et blanc prises par l’explorateur en 1936 ouvrent et clôturent l’album.

Un seul bémol, cependant, mais qui n’enlève rien à la qualité de Pouyak : l’éditeur, Transboréal, indique que l’album est accessible « à partir de trois ans ». C’est un peu ambitieux. Par sa taille et son vocabulaire, cette histoire trouvera un meilleur écho chez des enfants de cinq ans révolus.

paul_emile_victorIls seront ravis d’entrer avec Pouyak dans ce morceau de Groenland, là où vivent « les ours blancs, et les phoques, les caribous et les morses, les narvals et les baleines, les bœufs musqués et les renards bleus, les hermines et les renards blancs.

Et des hommes aussi ».

Pouyak de Paul-Émile Victor

La petite fille eskimo qui jouait à la poupée tout le temps

Aux éditions Transboréal



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s