Archives mensuelles : avril 2009

Zoofolies de Brigitte Vaultier et Kerso

Catégorie Littérature Jeunesse -Poésie-

Parution en mars 2004

couv_zoofoliesZoofolies, c’est d’abord un objet superbe : un format tout en hauteur pour mettre en valeur des images riches, soignées, fines, joyeuses et surréalistes… Rien que ça !

C’est en plus une suite de textes, fables, fantaisies poétiques, jeux sonores où les trouvailles se bousculent. Rien de moins !

Brigitte Vaultier aime « les mots qui sonnent, qui chantent et qui rient, les mots qui ricochent et qui s’accrochent en harmonie… ».

Et ça se voit !

panthere_poeme

Du « flamant efflanqué,

Fatigué, affamé,

D’une enflure affecté »

au « vieux ragondin radin,

Tout ridé et rabougri »

en passant par l’hippopotame dansant et au koala qui a étanché sa soif, les animaux sont fous, libres de se laisser aller à leurs penchants secrets et à des occupations pour le moins farfelues.

zebre_zoofolies

Kerso est une illustratrice à la patte délicate et baroque. La rencontre entre ses aquarelles et les mots de Brigitte Vaultier fait se répondre deux mondes (celui des mots et celui des illustrations) qui s’enrichissent mutuellement.

panthere_zoofolies

Ce recueil de grande qualité est accessible à partir de 7 ans et même avant, précise l’éditeur
et peut s’apprécier jusqu’à 11 ans et même plus tard, ajoutent les éditions du Ricochet qui proposent là un met de choix, délicat et drolatique à souhait.

Que dire de plus ? C’est une merveille !

Zoofolies de Brigitte Vaultier et Kerso

Aux éditions du Ricochet

format pdf imprimable



La Colère d’Albert de Françoise Laurent et Pascal Vilcollet

Catégorie Littérature Jeunesse -Album-

Parution en janvier 2009

À partir de 3 ans

couv-colere-albertAlbert est un jeune lapin qui adore sa petite sœur, Nénuphar. Il la console. Il la protège. Il l’entoure de toute son affection.

En retour, Nénuphar adore Albert, elle aussi. Elle lui a même donné un petit nom d’amour : Bibi.

Mais voilà que les copains de la cour de récréation se mettent en tête d’appeler Albert Bibi maintenant ?!

« Hé, Bibi, tu resteras toujours riquiqui ?

Hé, Bibi, tu fais pipi au lit ? »

Alors là, ça ne va plus du tout. Du tout, du tout.

Albert entre dans une colère… TERRIFIANTE !

Il va se transformer en Abominable Bébert, « Bébert le Méchant ! Bébert l’Affreux ! »

Il lui faudra choisir qui il veut vraiment être, entre Bibi le gentil et Bébert le Terrible. Peut-être qu’être tout simplement Albert serait la meilleure solution ?

colere-albert-image2

Un texte simple et efficace que celui de Françoise Laurent. Sans fioritures inutiles, il donne toute son importance au propos central. Que l’on se laisse submerger par la colère ou engloutir par la gentillesse, il nous faut garder à l’esprit qui nous sommes réellement. C’est le message de La Colère d’Albert, un message à la portée de jeunes enfants, et plutôt rassurant : il est normal de se mettre en colère, de temps en temps – surtout si on a d’excellentes raisons – il faut juste savoir en sortir, et retrouver son calme en se retrouvant soi-même ! Un œil sur la bibliographie de Françoise Laurent vous montrera qu’elle n’hésite pas à passer du roman au polar, et de la pièce de théâtre à l’album avec une belle énergie !

Les illustrations de Pascal Vilcollet utilisent pleinement le grand format, avec des couleurs chaudes et des formes larges. La colère d’Albert dépasse du livre ! Les amis d’Albert sont une joyeuse basse-cour aux mimiques épouvantées, assez drôles pour conjurer la frayeur de cette colère homérique.

colere-albert-image-1

D’excellentes illustrations au service d’un excellent texte sur un excellent sujet…

Franchement : est-ce si  étonnant si cela produit un excellent album ?

La Colère d’Albert de Françoise Laurent et Pascal Vilcollet

À partir de 3 ans

Aux éditions du Ricochet

format pdf imprimable



Les égarements de Lily de Véronique M. Le Normand

Catégorie Littérature jeunesse -Roman pour adolescents-

Parution en avril 2009

couvLesŽgarementsdeLily02Extrait : « Je est une autre, et ce n’est pas de moi, c’est de Rimbaud. Dans le métro, les voyageurs m’observent, certains avec dégoût, d’autres avec pitié. Je lis dans leurs yeux : Pauvre gosse ! Pauvres parents ! Je suis pour qu’on puisse contrôler l’ADN, pas vous ? À quoi bon vivre quand on est comme ça ! Elle a un corps pas mal, dommage ! Dans un cirque, peut-être ? »

Après avoir vécu son adolescence au cours des Carnets de Lily B., de la Saison des chamailles et pendant le Roman de Noémie, Lily est en passe de devenir adulte dans ces égarements de Lily, publiés ce mois-ci aux Éditions Thierry Magnier.

Il lui faudra passer par une phase de transformation aussi complexe que celle du papillon dans sa chrysalide : pendant neuf jours, son visage déformé par un œdème allergique au point de ressembler à « une boursouflure » ou à une « grenouille », Lily va s’enfermer chez sa tante Emmie pour se cacher de tous.

L’occasion pour elle de revenir sur sa jeune existence, ses premières expériences, et ses aspirations profondes.

Le style de Véronique M. Le Normand apporte beaucoup de vraisemblance au personnage de Lily, et la forme du roman, découpé en journal intime, nous entraîne au cœur de l’intimité de la jeune fille.

« Vendredi/Peau de chagrin. Emmie a sorti ses albums. Je remets à leur place dans l’arbre généalogique tous les membres de la famille Blachon, les uns après les autres, avec une petite étiquette pour chacun : le gentil, le raciste, le riche, l’aventurière, le fâché, le héros, le surdoué, l’handicapé. Je tourne les pages, et papa et Emmie commentent. Soudain, je suis arrêtée par une photo de moi, affalée dans une poussette de bébé. […] Je suis trop grande pour la poussette. Cette photo me met mal à l’aise. C’était quand ? Qui a pris la photo ? Ni papa ni Emmie ne s’en rappellent. Ils sont tentés de passer à autre chose, mais je retiens la main d’Emmie à la même page. Ma poitrine est en feu. »

Beaucoup de sensibilité dans ce roman qui accompagne Lily dans sa métamorphose d’adolescente à femme.  Elle devra faire le point sur son passé et le deuil de ses amours anciennes. Pas de hasard dans tout cela, mais une évolution, consciente ou non. Son travail sur elle-même et ses questionnements la portent vers un chemin empreint de sérénité, sous l’influence de Ian, un poète disparu. « Je ne connaissais pas Ian depuis toujours, je le connaissais pour toujours. »

Sans lourdeurs, sans auto-flagellation, Lily trouvera la réponse à sa question « Où je vais ? » ainsi qu’une conclusion pleine d’espoirs : « Il faut aimer la vie ».

Une façon positive pour les jeunes lecteurs d’aborder des lendemains « qui chantent »…

Les égarements de Lily de Véronique M. Le Normand

Aux éditions Thierry Magnier



Les histoires que racontait le passeur de temps sur son bateau de Sylvie Latrille et Michel Gertou

Catégorie Littérature Jeunesse -Poésie-

A partir de 6 ans

passeur_de_tempsDans la série des Livres pour les enfants dans la lune,

le passeur de temps a des choses à dire.


Des choses à dire à voix hautes, à scander, délicatement, comme de petites comptines rêveuses, des histoires bizarres… Écoutez un peu :

« Il y avait une grande horloge

accrochée par les pieds

aux rayons de la lune

Tic la lune est blanche ronde

Bien propre et bien repassée

Tac la lune est engloutie par la nuit

autour d’elle

au fond d’un panier de linge sale

Tic Tac

La grande horloge se balance

la tête en bas

à droite à gauche

le temps passe. »

Textes et images alternent dans cet album court.

Les mots de Sylvie Latrille sont rythmés et surprenants.

passeurtemps1Les illustrations de Michel Gertou jouent de la simplicité du noir et blanc : sobres et percutantes, elles savent aussi cacher de minuscules détails inattendus.

S’éditionS publie des contes et des poésies pour la jeunesse, peu à ce jour, car telle est sa démarche (indiquée sur son site) :

« Ne pas éditer plus de livres qu’il n’est nécessaire :

à S’éditionS, nous aimons beaucoup les arbres…

À quoi servirait de produire du papier imprimé

pour fabriquer des cartons d’emballage ? »

Transformer les histoires du passeur de temps en cartons d’emballages ?

Certainement pas !

Les histoires que racontait le passeur de temps sur son bateau de Sylvie Latrille et Michel Gertou

Chez S’éditionS



C’est moi la plus verte ! de Nadia Roman et Bruno Robert

Catégorie Littérature Jeunesse -Album-

Parution en mars 2009

À partir de 5 ans

couv_cemoi_plus_verte« LIRE c’est LIER » est-il écrit sur la deuxième de couverture.

C’est tout l’objectif de C’est moi la plus verte !, ou les aventures d’une petite grenouille voyageuse à travers les histoires.

« Il était une fois une grenouille qui trouvait ses cuisses trop maigres.

Alors elle mangeait sans relâche mouches et moustiques dodus qu’elle collait sur sa longue langue et avalait tout rond. »

Diable ! La voilà qui décolle, vole et plane ! Une fois dans le ciel, elle assiste à la curieuse transformation d’un carrosse en citrouille, pendant qu’une jeune fille perd sa chaussure… Ça vous rappelle quelque chose ? C’est normal, et même, c’est fait exprès !

Nadia Roman fait virevolter sa grenouille dans les paysages des histoires qu’elle a aimées. Le titre C’est moi la plus verte ! est un clin d’œil direct à C’est moi le plus fort ! de Mario Ramos. Lorsque cette grenouille croise une sorcière, celle-ci est en très mauvaise posture. Logique ! C’est celle de Pincemi et Pincemoi et la sorcière d’Henriette Bichonnier et Pef.

Et la fin de C’est moi la plus verte ! est un hommage à ce Petit Prince qui voulait qu’on lui fasse un dessin…

À la dernière page de cet album se trouve la liste de toutes les références de Nadia Roman, avec les plus discrètes d’entre-elles, même celles auxquelles on n’avait pas pensé.

cemoilaplusverte1Les illustrations de Bruno Robert sont très en rondeurs, colorées et lumineuses. Chaque image offre à la grenouille nommée Verte un costume chatoyant ou une posture dansante qui décrit bien son sautillement d’histoire en histoire, du lapin très pressé à L’Ogrionne anorexique.

C’est moi la plus verte ! sera un bel exercice pour les lecteurs : retrouver les histoires cachées sous celle de cette grenouille, se les remémorer, ou bien, mieux encore, les découvrir…

C’est moi la plus verte ! de Nadia Roman et Bruno Robert

cemoilaplusverte2


Aux éditions du Ricochet

format pdf imprimable