Quand le cœur s’arrête d’Adriana Lisboa

Catégorie Littérature jeunesse -Roman-
Parution en juillet 2009
Pour adolescents

Adriana Lisboa« Je suis resté toute la semaine chez eux, dans la chambre de Paloma, à écrire sans m’arrêter sur cet ordinateur. »

Il a quinze ans et habite Rio de Janeiro. Ce qu’il écrit va devenir le roman que nous lisons, Quand le cœur s’arrête, une sorte de bouteille à la mer, un signe, un appel, envoyé à un destinataire absent.

« J’avais écrit plusieurs pages, où il était d’abord question de la mer, puis des gens pressés de Rio de Janeiro, de mon père au volant et de la chanson qui dit Si a tu ventana llega/ Una Paloma/ Tratala con cariño/ Que es mi persona. J’avais raconté comment elle m’avait offert mon skate.
Une lettre pour toi.
Si c’est une lettre, pour en être vraiment une, il faut bien qu’elle soit lue, non ? »

Par petites touches, courts paragraphes, portions de textes, Adriana Lisboa dessine une vie d’adolescent : ses espoirs, ses répulsions, ses pudeurs.
Sa famille aussi, son père un peu trop brutal et sa mère
« presque belle », et ses rencontres, au milieu d’une ville de « gens pressés ».

« Je me demande bien où ils vont, tous. Je ne sais pas s’ils y pensent. Si, quand ils sortent de chez eux, le matin, ils se demandent où ils vont, et pour quelle raison ils y vont, et pourquoi il faut qu’ils y aillent en se précipitant comme ça. »

C’est un texte délicat et sensible, qui pousse à la rêverie tout en donnant accès à une matière tangible : les écrits, pensées, et confidences d’un jeune garçon. La ville de Rio de Janeiro est une singulière toile de fond, car vue à travers les yeux du narrateur.

Lui se sent différent des siens, « une case de plus ou de moins » selon sa mère.
Il se trouve tiraillé entre deux sentiments extrêmes et simultanés : son premier amour d’une part et un accident dramatique de l’autre.
Le « tu » à qui il s’adresse est une silhouette qui plane sur tout le récit et lie les paragraphes entre eux, leur donnant une force émouvante, aux couleurs de chambre d’hôpital et de coma…

Sous la violence
des sentiments son « cœur, parfois, s’arrête de battre ».

Quand le coeur s'arrête d'Adriana Lisboa, aux éditions La Joie de Lire« J’ai déjà ressenti ça quelquefois, et ce n’est pas une façon de parler, ce n’est pas une image poétique. Je suis convaincu que le cœur s’arrête VRAIMENT de battre. Du moins, le mien, il s’arrête. Ç’a commencé avec Paloma et, par la suite, ça m’est arrivé plusieurs fois. Et elle y était toujours pour quelque chose. »

C’est un plaisir de retrouver Adriana Lisboa, après Des roses rouge vif, prix José Saramago 2003. Son style, tout en finesse, touchera les adultes comme les adolescents.

Quand le cœur s’arrête d’Adriana Lisboa
Traduit du portugais (Brésil) par Dominique Nédellec
format pdf imprimable


3 responses to “Quand le cœur s’arrête d’Adriana Lisboa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s